fbpx
Menu Fermer
publier livre de témoignage image

Comment publier son témoignage, son récit de vie ?

Vous souhaitez faire lire votre histoire de vie au-delà du cercle familial ? Vous pensez qu’elle peut avoir une résonance chez d’autres lecteurs et mérite un public plus large ? Dans cet article, je vous présente les solutions, classiques et alternatives pour publier votre livre de témoignage. Vous trouverez notamment :
– Une liste de maisons d’édition généralistes publiant à compte d’éditeur des témoignages
– Une liste d’éditeurs régionalistes, pour les auteurs dont le récit de vie s’inscrit dans un territoire
– Quelques conseils à suivre avant d’envoyer votre manuscrit à un éditeur
– Une présentation de l’édition dite « à compte d’auteur« , et ce qu’il convient de prendre en compte avant de signer
– Une présentation de l’auto-édition
– Les solutions de partage sur les plateformes web spécialisées
– Une présentation de l’APA, l’association pour l’autobiographie. L’APA pourra vous intéresser si votre objectif n’est pas à proprement parler de publier votre histoire de vie mais de la savoir archivée et disponible à la consultation pour le public actuel et les générations futures.

Publier son témoignage à compte d'éditeur

Les éditeurs généralistes

Les éditeurs généralistes publieront le témoignage d’un inconnu, mais non son autobiographie, qui est le domaine réservé des célébrités et personnages publics. Le témoignage diffère de l’autobiographie en ce qu’il relate un parcours de vie par le prisme d’une expérience et contribue au débat sur un sujet social, sociétal, politique… Quitter la ville pour la campagne, subir une forme de violence ou un harcèlement, vivre auprès d’un proche autiste, connaître les dessous de telle profession ou de tel milieu : ces sujets entrent dans le cadre du témoignage. Certains éditeurs privilégient les témoignages éclairant l’actualité, d’autres sont ouverts aux récits d’expériences insolites.

Gros éditeurs et petites maisons indépendantes
La liste qui suit comprend quelques mastodontes et une majorité de petits éditeurs dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler. Ces derniers ont des moyens financiers modestes et ne peuvent pas toujours passer par les grands canaux de diffusion-distribution qui leur assurerait la même visibilité que les gros éditeurs. Ils travaillent toutefois avec un réseau de libraires fidèles et se montrent très actifs dans les salons et autres festivals dédiés aux livres. Enthousiastes, passionnés par leur métier, ils ont bien souvent à cœur de défendre les ouvrages qu’ils ont choisi de publier. Ne les négligez pas : ils sont plus faciles d’accès que les gros éditeurs !

  1. Éditions l’Archipel
    La maison d’édition précise que les témoignages médicaux (maternité, maladie, handicap…) n’entrent pas dans sa ligne éditoriale.
    www.editionsarchipel.com
  2. Les Arènes éditions
    www.arenes.fr
  3. Arthaud
    La maison d’édition est spécialisée dans les récits de voyage et d’aventure.
    www.arthaud.fr
  4. Les ateliers Henry Dougier
    Cet éditeur entend « raconter la société contemporaine dans le monde, en donnant la parole aujourd’hui à des témoins souvent invisibles et inaudibles.  Peuples, régions, métiers, catégories sociales ou générationnelles parlent ici de leurs valeurs, de leur mémoire, de leur imaginaire, de leur créativité. »
    ateliershenrydougier.com
  5. Éditions La Boîte à Pandore
    Un slogan très parlant : « Ouvrez-la ! »
    laboiteapandore.fr
  6. Éditions du Cerisier
    Un éditeur belge engagé, diffusant dans toute la francophonie. La collection « Quotidiennes » rassemble des « textes pour sauver la mémoire, pour exprimer la parole confisquée. »
    editions-du-cerisier.be
  7. Le Cherche Midi
    https://www.lisez.com/cherche-midi/33
  8. City éditions
    La collection « Témoignages » est assez riche et met en avant les récits centrés sur la jeunesse (maltraitance, difficulté d’être, problèmes de santé…)
    www.city-editions.com
  9. Coëtquen
    L’éditeur répond aux auteurs une à deux semaines seulement après réception de leur manuscrit, c’est assez rare pour être souligné.
    www.coetquen.fr
  10. Éditions du Cygne
    La collection « Traces » est dédiée aux témoignages.
    http://editionsducygne.com
  11. Diabase
    La collection « À voix haute » « retient des témoignages qui retracent des parcours de vie aux enjeux singuliers. »
    diabase.fr/
  12. Éditions Favre
    Les témoignages publiés « rendent compte d’expériences personnelles ou de parcours de vie hors du commun. »
    www.editionsfavre.com
  13. Flammarion
    Publie des récits de vie « plus vrais que nature ou romancés ».
    https://editions.flammarion.com/
  14. Éditions Kero
    www.editionskero.com
  15. Géorama éditions
    La maison est spécialisée dans les récits de voyage.
    www.georama.fr
  16. Grasset
    www.grasset.fr
  17. Mareuil éditions
    L’éditeur publie notamment des témoignages de personnes ayant fait carrière dans la police ou la justice.
    www.mareuil-editions.com
  18. Max Milo
    Publie de nombreux témoignages dans les domaines les plus divers (santé, société, travail, famille, enfance…).
    www.maxmilo.com
  19. Michalon
    Les témoignages publiés relatent principalement des parcours peu ordinaires, heurtés, bousculés.
    www.michalon.fr
  20. Odile Jacob
    Publie essentiellement des enquêtes et témoignages de spécialistes ayant autorité dans leur domaine (médecins, etc.).
    https://www.odilejacob.fr
  21. Éditions Pixl
    Une maison d’édition installée en Belgique publiant des témoignages sur des sujets sociétaux, entre autres axés sur les relations conjugales et familiales.
    www.editionspixl.com
  22. Plon
    https://www.lisez.com/plon/21
  23. Éditions Pygmalion
    www.editions-pygmalion.fr
  24. Robert Laffont
    https://www.lisez.com/robert-laffont/2
  25. Stock
    https://www.editions-stock.fr/
  26. Éditions du Seuil
    Le Seuil a lancé en 2015 la collection « Raconter la vie », pour donner un espace de parole aux « invisibles » – petits métiers, jeunes en marge… – et à ceux qui côtoient les déshérités au quotidien – magistrats, éducateurs de rue, etc. Certains textes font l’objet d’une parution papier, d’autres sont publiés en ligne sur un site dédié (inaccessible depuis un moment, ceci étant : raconterletravail.fr)
    www.seuil.com
  27. XO
    https://www.xoeditions.com/

Publier son témoignage à compte d'éditeur : 14 éditeurs régionalistes

Ces éditeurs intéresseront les auteurs dont le récit de vie s’ancre profondément dans une région, et relate un métier, un mode de vie ou retrace un parcours indissociable d’un terroir. Comme ils sont nombreux, la liste est loin d’être exhaustive…
  1. Albiana
    Région concernée : Corse
    www.albiana.fr
  2. Alpes de Lumières
    Région concernée : Haute-Provence
    www.alpes-de-lumiere.org
  3. La Bouinotte
    Région concernée : Berry
    www.la-bouinotte.fr
  4. Éditions Cairn
    Régions concernées : Pyrénées et grand Sud-Ouest
    https://www.editions-cairn.fr/
  5. Gestes éditions
    Régions concernées : Pays de la Loire, Centre, Aquitaine
    http://www.gesteditions.com
  6. Éditions des Hautes-Alpes
    www.editions-des-hautes-alpes.fr
  7. Le Petit pavé
    Régions concernées : Pays de la Loire et Centre-Val-de-Loire
    www.petitpave.fr
  8. Liv’
    Région concernée : Bretagne
    http://www.liv-editions.com
    Vous trouverez la liste complète des éditeurs publiant des récits de vie ancrés en Bretagne dans cet annuaire 
  9. Avril
    Région concernée : Hauts-de-France
    La maison possède une collection intitulée « Témoignage – récit de la région ».
    www.nordavril.com
  10. Nuée bleue
    Région concernée : Alsace et Grand-Est
    www.nueebleue.com
  11. Les Passionnés de bouquins
    Région concernée : Rhône-Alpes
    www.les-passionnes-de-bouquins.com
  12. Éditions du Roure
    Région concernée : l’Occitanie historique
    Publient en français et en occitan des textes autour de trois axes : littérature, histoire et terroir. Une collection intitulée « Lire, écrire, témoigner » a été lancée en 2007.
    http://www.editionsduroure.com/
  13. Sutton
    Toutes régions
    www.editions-sutton.fr
  14. Veytizou
    Région concernée : Limousin
    www.editionsdelaveytizou.fr

Avant d'envoyer votre manuscrit : quelques conseils

Fortement sollicités par les auteurs, les éditeurs sont amenés à opérer une sélection sévère dans les manuscrits qu’ils reçoivent. Ils n’en retiennent que 4 à 5 %. Si vous voulez avoir une chance de faire partie des élus, soyez bien attentif à ces points :
– Faites lire, relire et corriger
votre témoignage. A défaut d’être littéraire (on n’attend pas le même niveau de style d’un témoignage que d’une œuvre de littérature générale), votre texte devrait au moins être cohérent et écrit dans un français correct.
Veillez à la mise en page pour faciliter la lecture. Dans votre logiciel de traitement de texte, optez pour un interligne de 1,5 minimum et laissez des marges suffisantes. N’oubliez pas de paginer votre document.
– Étudiez attentivement le catalogue des maisons d’édition pour vérifier si votre récit de vie correspond à leur ligne éditoriale. Certaines maisons, lassées de recevoir des textes hors champ, vous demanderont quels titres à leur catalogue vous avez lus.
– Envoyez votre récit dans le format requis. Certaines maisons d’édition n’acceptent que les manuscrits imprimés, alors que d’autres ne lisent que les envois électroniques. L’information est en général spécifiée sur le site internet, en page « contact » ou « déposer son manuscrit », le cas échéant.
– Certains éditeurs ont des consignes spécifiques
. Ils imposent un nombre minimum ou maximum de mots, exigent un résumé, etc. Vérifiez si de telles consignes existent. De manière générale, il est préférable de joindre à votre manuscrit un synopsis et d’exposer vos motivations à rejoindre l’éditeur auquel vous adressez votre œuvre.

publier son autobiographie image

Publier son témoignage à compte d'auteur : ce que vous devez savoir avant de signer

En préambule : rappel sur le fonctionnement de l'édition classique

Pour bien comprendre la différence entre l’édition à compte d’éditeur et l’édition à compte d’auteur, rappelons tout d’abord le fonctionnement de l’édition classique (à compte d’éditeur, donc). Dans ce cadre, l’auteur et l’éditeur signent un contrat établissant leurs engagements respectifs. Concrètement, l’auteur cède à l’éditeur le droit d’exploiter son œuvre. De son côté, l’éditeur s’engage à publier, diffuser, vendre et promouvoir l’œuvre, et à rétrocéder à l’auteur une partie des revenus issus de la vente de son livre. Selon les maisons d’édition, les droits d’auteur s’élèvent entre 5 et 15 % du prix de vente HT de l’ouvrage.
Publier son témoignage à compte d’éditeur représente pour l’auteur de nombreux avantages.
L’auteur ne prend aucun risque financier et n’a jamais rien à payer. Si son livre se vend mal, il devra se contenter de droits nuls ou dérisoires, mais l’éditeur assumera seul les pertes.
Autre avantage, l’éditeur se charge de suivre chacune des étapes de la publication jusqu’à la promotion du livre. Correction, graphisme et mise en page, fabrication, diffusion, distribution dans les divers points de vente, promotion via un service presse et communication… : l’auteur est dégagé de ces tâches. Tout ce que lui demandera l’éditeur, c’est éventuellement de retravailler son texte.
Enfin, l’auteur est assuré d’avoir une visibilité. Vu les risques qu’il prend, l’éditeur a en effet tout intérêt à ce que les ouvrages inscrits à son catalogue se vendent. Il fait donc en sorte que ses livres atteignent les rayons des librairies.

Les spécificités du compte d'auteur

En parcourant internet à la recherche d’un éditeur de livres de témoignage, vous êtes certainement tombé sur ce type d’annonce : « Envoyez-nous votre manuscrit ! Nous vous publions ! » C’est l’annonce caractéristique d’un « éditeur » à compte d’auteur.
Sur son site internet, un éditeur classique met en avant son catalogue et ses auteurs. Il veut avant tout toucher et convaincre les lecteurs, qui sont ses clients.
Les « éditeurs » à compte d’auteur s’adressent d’abord aux auteurs, car ce sont eux qui forment leur clientèle. Ils n’ont souvent pas de ligne éditoriale et publient à peu près tous les manuscrits qu’ils reçoivent : c’est dans leur intérêt. En fait, il ne s’agit pas d’éditeurs strico sensu, mais de prestataires, qui tirent leurs bénéfices non pas de la vente des livres qu’ils produisent mais des divers services qu’ils facturent aux auteurs, à des tarifs souvent non négligeables
Parmi les prestations payantes : la correction, la maquette, des services de promotion-communication quand ceux-ci existent, ce qui est rare. L’attribution du numéro ISBN (nécessaire pour la commercialisation du livre), le dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France et la diffusion de votre livre auprès des libraires peuvent vous être proposés gratuitement.
S’agissant de la diffusion, ne vous attendez pas à trouver votre livre dans les rayons de la FNAC. La diffusion proposée se limitera bien souvent à l’inscription de votre titre sur une base de données interprofessionnelle. En d’autres termes, votre témoignage sera accessible aux librairies raccordées à cette base de données. Mais la probabilité qu’un libraire commande un témoignage publié à compte d’auteur est faible voire nulle… En effet, les libraires rechignent à proposer en rayon des livres publiés par ce biais car ils savent que les textes n’ont fait l’objet d’aucune sélection ni d’aucun travail éditorial de fond.
Les avantages du compte d’auteur :
1/ Votre témoignage sera publié, cela ne fait aucun doute. Vous pourrez même publier votre autobiographie ou l’histoire d’un proche.
2/ Vous conservez, en théorie, les droits sur votre œuvre et touchez entre 70 % et 100 % du prix de vente de vos livres. Sachant que pour être vendu, un livre doit être promu et visible, pas seulement « accessible »… 
Si vous décidez de publier votre témoignage à compte d’auteur, je vous suggère donc de bien vous renseigner sur ces points :
– La société s’engage-t-elle à assurer la promotion et la vente de votre livre de témoignage ? Quelle communication autour de votre ouvrage propose-t-elle ? Sollicite-t-elle la presse ? Participe-t-elle à des salons ? Organise-t-elle des séances de dédicace ?
– Le prestataire attend-il de ses auteurs qu’ils soient « motivés » et « dynamiques » ? Ces termes signifient qu’il vous délèguera une partie du travail. Corrections, pré-maquette, rédaction de la 4ème de couverture, des communiqués de presse, distribution, promotion ? Renseignez-vous…
– Le prestataire vous affirme qu’il ne se permet pas d’intervenir sur votre texte ? Que vous êtes seul maître à bord, entièrement libre de votre écrit ? Cela signifie qu’il n’a nullement l’intention de vous aider à améliorer votre texte et qu’il ne vous donnera aucun conseil d’ordre rédactionnel.

Auto-éditer son témoignage : pour les auteurs motivés

En choisissant l’auto-édition pour publier votre témoignage, vous devenez responsable de toutes les tâches qui incombent à un éditeur. Si vous êtes couteau-suisse, créatif, à l’aise avec les outils informatiques et le digital, si vous êtes farouchement indépendant et prêt à donner beaucoup d’énergie pour conserver l’intégralité de vos droits d’auteur, ce système pourra vous convenir. L’auto-édition nécessite un certain état d’esprit. Écrire et entreprendre : les Anglo-Saxons appellent les auteurs qui s’auto-éditent des « authorpreneur ». Ne le voyez pas comme un pis-aller à l’édition traditionnelle ou vous abandonnerez en cours de route, mais plutôt comme l’opportunité de porter et défendre jusqu’au bout votre récit personnel.
Parmi les tâches qui vous attendent, il vous faudra entre autres :
Créer la couverture : créer une première de couverture attrayante, ce qui ne veut pas forcément dire illustrée, choisir un titre accrocheur, et rédiger soigneusement le texte de 4ème de couverture. Ce texte est fondamental, c’est la porte d’entrée à votre témoignage, il faut donner envie aux lecteurs de la pousser.
Faire relire et corriger votre texte, veiller à l’absence de coquilles.
Soigner la mise en page, qui doit être impeccable : police de caractère lisible et agréable, pas de saut de ligne raté, harmonie dans la mise en forme de la première à la dernière page… Gardez près de vous un livre publié par un éditeur traditionnel, qui vous servira de modèle.
Demander un numéro ISBN auprès de l’AFNIL.
Choisir un imprimeur. Les choses se compliquent, car qui dit imprimeur, dit stock de livres, envoi aux libraires, poste, transactions diverses et variées… Comment procéder ? Si je voulais publier mon témoignage sans passer par un éditeur, je choisirais un imprimeur qui puisse aussi jouer le rôle de diffuseur et distributeur. C’est-à-dire, un imprimeur qui puisse assurer la gestion du stock et l’envoi de mes livres en points de vente, et qui diffuse auprès d’un grand nombre de librairies. Un imprimeur raccordé par exemple aux grandes librairies en ligne comme fnac.com,  amazon.com, chapitre.com et à Dilicom. Dilicom est un incontournable. Il s’agit d’un service interprofessionnel qui met en liaison les distributeurs et pas moins de 4000 libraires.
Bien entendu ces services ne sont pas gratuits, mais il me semble bien laborieux de procéder seul à toute cette partie du travail : gérer les commandes, bien emballer chaque livre avant chaque envoi pour être certain que le client ne se plaigne pas d’une écornure, envoyer le livre, s’occuper des transferts d’argent… Je sais que la société Pumbo propose ce « package » impression-diffusion-distribution (je précise d’emblée que je n’ai aucun intérêt à la citer), il doit y en avoir d’autres.
Notez qu’il est fondamental que votre titre soit proposé par les grandes librairies en ligne : en France en 2018, plus de 20 % des livres ont été achetés par ce biais. Et ce chiffre ne rend pas compte du nombre d’ouvrages achetés en magasin après avoir été vus sur le site internet d’une librairie.
Faire le dépôt légal de votre livre à la BnF.
– Éventuellement, créer un e-book que vos lecteurs pourront par exemple lire sur la liseuse Kindle d’Amazon et / ou sur la liseuse Kobo de la Fnac. Le marché du livre électronique étant en plein essor, je vous conseille d’opter pour l’e-book. Un e-book étant bien moins cher qu’un livre broché, le faible prix pourra convertir un curieux en client. C’est très simple techniquement : vous convertissez  votre fichier pdf en fichier epub, vous suivez les consignes de l’enseigne, et le tour est joué. Vu tout ce que vous avez été capable d’accomplir jusqu’ici, cette étape ne vous posera aucun problème.
Communiquer, faire votre promotion : activer vos réseaux ; démarcher les libraires autour de chez vous (les libraires ne commandent pas spontanément les livres publiés à compte d’auteur, mais pas non plus les livres auto-édités) ; solliciter la presse ; participer à toutes sortes d’événements locaux et dédiés au livre ; faire vivre votre ouvrage sur internet, en participant à des forums littéraires, en créant éventuellement un blog ou un site…

Publier son témoignage sur une plateforme de partage

Il existe aujourd’hui plusieurs plateformes de mises en relation entre auteurs et lecteurs, sur lesquelles vous pourrez publier votre récit de vie. L’accès est gratuit pour vous comme pour les lecteurs. C’est le moyen le plus rapide de faire connaître son histoire, et l’aspect interactif est assez séduisant. Vos lecteurs pourront commenter votre récit en cours de lecture puis laisser leur avis. De votre côté, vous aurez tout loisir d’échanger avec eux et pourrez suivre en temps réel l’évolution de votre lectorat.
Voici deux des plateformes les plus populaires, publiant des récits de vie :
– La plateforme canadienne Wattpad, pionnière en la matière.
monbestseller.com, un site français clair et bien conçu.

Quel que soit le mode de publication que vous choisissez :

  • Prenez garde à la diffamation, ne vous mettez pas en difficulté. Ne publiez que les noms des personnes qui vous ont donné leur accord. Et comme modifier un nom ne suffit pas toujours à brouiller les pistes, n’hésitez pas à rester vague sur les lieux et les dates… 
  • Protégez votre manuscrit pour éviter le plagiat. Pour ce faire, vous pouvez vous l’envoyer à vous-même en lettre recommandée avec accusé de réception (n’ouvrez pas votre lettre à réception !), vous l’envoyer par mail en pièce jointe, ou bien le déposer à la Société des Gens de Lettres moyennant 45 euros (voir ce lien).

Archiver son témoignage ou récit de vie auprès de l'APA, une association dédiée

L’APA est un très bel écrin pour la mémoire.
L’APA, association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique, est tout entière dédiée au récit de vie et aux écritures de soi. Elle a été cofondée en 1992 par le chercheur et grand spécialiste Philippe Lejeune qui, après avoir étudié l’autobiographie comme genre littéraire, s’est intéressé aux écrits personnels des non-écrivains.
L’association a une double vocation. Elle contribue d’une part à la préservation du patrimoine autobiographique. À cet effet, elle recueille, conserve et met à la disposition du public les écrits qui lui sont confiés : mémoires, autobiographies, journaux intimes, cahiers, correspondances, etc. Par ailleurs, elle s’est donné un objectif culturel et favorise les échanges autour des écritures de soi. Elle édite ainsi plusieurs revues spécialisées, comme La Faute à Rousseau, et organise des expositions, des manifestations culturelles et des journées d’études thématiques.
Tout le monde peut déposer ses écrits personnels à l’APA, à condition qu’ils n’aient jamais été publiés. Vous n’êtes pas contraint de mettre vos écrits à disposition du public le jour du dépôt et pouvez en autoriser la lecture à la date de votre choix. Après autorisation, vos écrits seront lus par un comité, qui échangera avec vous avant d’établir un compte-rendu. Correspondance d’un aïeul, archives de famille, témoignage d’un parent : vous pouvez également confier à l’APA les écrits familiaux que vous avez recueillis.
Les archives de l’APA forment un fonds documentaire unique, accessible au grand public comme aux historiens et aux chercheurs en sciences humaines. À leur manière, elles participent à la construction de la mémoire de la France et à l’écriture de son histoire sociale.
Le siège de l’APA est situé près de Lyon, à Ambérieu-en-Bugey.
Pour en savoir plus : http://autobiographie.sitapa.org/

Vous avez désormais – je l’espère en tout cas – une idée plus précise des solutions qui s’offrent à vous si vous souhaitez faire entendre votre voix et transmettre votre histoire au-delà du cercle familier.

Ce que je peux faire pour vous pour que vous meniez à bien votre projet : corriger voire réécrire votre récit de vie, vous conseiller si vous voulez l’améliorer, le mettre en page, vous guider dans les méandres de l'(auto-)édition. Contactez-moi !

 

biographe Paris écrivain conseil
Cet article vous a intéressé ? N'hésitez pas à le partager.
Posted in Votre récit de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *